Munir del Sevilla FC ante el Slavia de Praga
Chroniques

2-2: LE MANQUE DE REALISME NOUS OBLIGE A ALLER GAGNER A PRAGUE

Le Slavia de Prague effectue des retours énormes à son approche devant un Séville sans fortune et qu'il a eu d'innombrables occasions d'avoir fait face au retour en avantage

L’Europe n’a pas été un baume à cette occasion non plus. Le Sevilla FC doit gagner la semaine prochaine à Prague - s’il ne s’agit pas d’un match nul avec trois buts ou plus - s’il veut être en quart de finale de sa compétition. Après un but inscrit dans les 24 secondes, Slavia a saisi les deux seules occasions de marquer un résultat positif pour faire face au retour dans l'Eden Arena. Dans la deuxième partie, les Tchèques ont continué à miser sur leur physique et ont confié leur chance au manque de succès du Machin, qui, malgré les nombreuses occasions, n'a pas pu à nouveau battre Kolar. Après ne pas savoir comment tirer parti du premier assaut, les Nérijans se retrouvent face au piège de la capitale d'Europe centrale, où ils joueront à nouveau pour gagner dix ans après la dernière fois. De plus, Vaclík et Wöber ont été blessés.

Vous ne pouvez pas vous attendre à un tel scénario dès le début du jeu. La première demi-minute de jeu n'avait pas été remplie lorsqu'un vol Banega avait permis à Ben Yedder de se tenir côte à côte avec Kolar. Le gardien tchèque n'a rien pu faire contre l'attaquant, qui a porté le score à 1-0 au début. Au bout d’un quart d’heure, le meilleur buteur de Nervión tenta de nouveau avec un corner bas recouvrant un défenseur, et Séville sembla reprendre l’Europa League comme le remède parfait. Cependant, après la mi-chemin de la première mi-temps, le premier coup venait, avec un tir de loin de Stoch qui rebondit sur Banega et devient impossible pour Vaclík. C'était la première tentative de visiteur et encore une fois la sanction était absolue. Heureusement, la réaction du de Machin a été immédiate et Sarabia a forcé un corner après une superbe passe de Banega.

Bien qu'il ait réagi bientôt avec le 2-1 de Munir, un but improbable de Kral a renvoyé l'égalité au marqueur

Le milieu de terrain argentin lui-même était responsable de le lancer et dans le dernier poteau est apparu Munir pour le battre avec son âme. Un défenseur tchèque a tenté de le sortir de la surface mais n'a pu éviter un 2-1 qui remettait les choses en place. Même Rog, seulement contre Kolar, avait dans ses bottes le troisième à dix pour la conclusion, quand tout allait être contre. Et après un corner improbable, Wöber a dégagé le ballon et le ballon a rebondi sur l'épaule de Kral, qui était désorienté par l'action. Il a cherché le ballon sans savoir qu'il se dirigeait vers le carré droit de Tomas Vaclík. 2-2 difficile à croire que pour plus d'inri entraîné la blessure du gardien de but nervionense. Juan Soriano est venu occuper le but sans plus attendre et attend une deuxième partie avec de nombreuses inconnues.

Comme il ne pouvait en être autrement, Séville est venu changer la face du marqueur après la pause et a rapidement marqué. Avec Roque Mesa sur l'herbe pour le blessé Wöber, dans les sept de la reprise, Munir a marqué à nouveau avec un bon tir avec l'extérieur, mais l'assistant de Buquet a invalidé l'action de un millimètre. Peu de temps après, Sarabia a tenté, avec une balle dans le dos du centre de Jesus Navas, que Kolar a couvert de nombreuses réflexions. Et c’est ce que le troisième but sevillista a intuitivement deviné devant un Slavia qui misait sur le physique et l’absence de complexes en arrêtant le jeu en se basant sur des fautes. Jusqu'à 22 Tchèques se sont engagés sur 90 minutes pour six d'entre eux à la maison.

Slavia a tiré le meilleur parti de son football physique pour sortir vivant de Sanchez-Pizjuán

En plein combat, Ben Yedder l'envoya au bâton dans une action également invalidée, mais sans aucun doute la plus claire de toute la deuxième partie allait être pour Munir, celle sans opposition dans la petite zone mais excessivement forcée par la hauteur du centre, Il a pu profiter d'un ballon du groupe de Ben Yedder déjà chanté 3-2. Il y avait encore un quart de match, mais le script commençait à dire à Séville que ce n'était pas la nuit du rétablissement. Pour plus d’inri, le travail d’arbitrage allait également s’opposer et Ben Yedder a vu comment il avait injustement annulé un but de l’extérieur de la surface avant le départ de Kolar. Ce n'étaient pas les meilleures sensations, mais Séville essayait toujours d'essayer de profiter de l'avantage de Prague.

En fait, Machín a brûlé ses navas avec l'entrée de Promes pendant un quart d'heure jusqu'au bout, en remplacement de Banega. Les Tchèques étaient intelligents et savaient comment supporter un Séville très fatigué, allant même jusqu'à s’opposer à la défense de Séville. En fait, les dernières minutes n'étaient même pas en état de siège, car le train de la victoire sevillista était déjà passé lorsque le quatrième arbitre a relevé la tablette avec les deux rabais. Séville ne sort pas du trou dans lequel il est entré après les vacances de Noël et il n’ya plus d’alternative au parc Europe, car dimanche, la Real Sociedad arrive à Nervión avec un autre rendez-vous national. Ensuite, il sera temps de penser à Slavia et à une victoire qui permettra au rêve continental de se poursuivre.

FICHA DEL ENCUENTRO

2. SEVILLA FC:: Vaclík (Juan Soriano, minuto 45), Mercado, Kjaer, Sergi Gómez, Jesús Navas, Sarabia, Banega (Promes, minuto 76), Rog, Wöber (Roque Mesa, minuto 46), Ben Yedder y Munir.

2. SK SLAVIA PRAGA: Kolar, Coufal, Deli, Kudela, Boril, Stoch, Kral (Ngadeu, minuto 80), Traoré, Soucek, Zmrhal (Skoda, minuto 73) y Masopust (Olayinka, minuto 60).

GOLES: 1-0, minuto 1: Ben Yedder; 1-1, minuto 25: Stoch; 2-1, minuto 28: Munir; 2-2, Kral, minuto 39.

ARBITRAJE: Ruddy Buquet, federación francesa. Amarillas para Coufal, Masopust, Soucek y Banega.

Communication Department