Imagen
Enzo Maresca du Sevilla FC
Équipe Pro

MARESCA: "CETTE EXPÉRIENCE AVEC VINCENZO M'APPORTE BEAUCOUP"

14/02/2018
Entradilla
L'italien a offrit sa première conférence de presse dès son arrivée il fait déjà un mois et demi pour collaborer avec Montella et son corps technique
Cuerpo Superior

Enzo Maresca est un homme réclamé par les médias dès son arrivée à Seville. C'est pour cela, ce mercredi s'est organisée une conférence de presse au complexe sportif, où il a déclaré ses sensations: ''C'est un plaisir d'être ici à nouveau. Le Sevilla m'a donné beaucoup et j'ai de la tendresse pour le club et pour la ville, donc je suis très heureux et avec envies que les choses aillent bien''. 

L'italien laissa le club en 2009, date où ils avaient déjà de succès, mais pas au niveau actuel: ''Ils ont passé quelques ans dès que je m'en suis allé et les choses ont changé positivement. Le club a grandi beaucoup. J'étais ici en vacances, car j'entraînais en Italie jusqu'à novembre. Le club m'a demandé si j'étais prêt à collaborer avec Vincenzo et j'ai accepté une fois qu'il a donné son accord. C'est une expérience qui me donne beaucoup''. 

''J'étais ici en vacances et le club m'a demandé si j'étais prêt à collaborer avec Montella'' 

Demandé par l'opinion de l'entraîneur, il affirme qu'il a la vue mise aux trois compétitions: ''Il y a toujours des nouvelles situations, et plus si tu changes de pays. Il arrive avec toute l'llusion et il a beaucoup d'expérience en tant qu'entraîneur. Il est illusionné de jouer une finale et une éliminatoire de Champions, mais aussi pour LaLiga pour nous recupérer de la situation actuelle''. 

En plus, il a expliqué sa situation et ses tâches principales: ''La saison suivante je pourrais m'asseoir au banc. En Italie, avec mon carnet d'entraîneur je pourrais entraîner en Deuxième division et ici on a besoin d'un examen de plus, qu'on l'aura la saison suivante. Tout de même le deuxième entraîneur est Daniele Russo. Maintenant il voit aussi les matchs avec moi car il a le même titre d'entraîneur que moi. Ma tâche principale est d'aider aux entraînements et aux premiers jours aussi avec la langue. Je peux apporter ma connaissance de LaLiga et ses équipes, car bien que j'emmene quelques ans loin d'ici, mon idée fut toujours entraîner et je n'ai pas perdu le contact''. 

Cuerpo Inferior

Quant à son progrès aux bancs, Maresca ne se pose actuellement les pas suivants: ''J'ai décidé de me confier à Vincenzo et de l'aider pour que les choses aillent bien. Je fus embauché par le club pour aider au corps technique et pour l'introduire un peu à l'intérieur de l'équipe, la ville et les supporters. On verra le futur. J'ai commencé cette carrière car mon idée était d'entraîner, mais en vivant jour après jour et en aidant''. 

Sur la dynamique de l'équipe, il a expliqué que dès le derby jusqu'à la classification de coupe, pas tout a été bien: ''Il ne faut pas oublier qu'il fait dix jours on a perdu 5-1 face au Eibar. Il ne faut pas penser que les choses ont changé totalement, car dès qu'on est arrivés il y a eu des hauts et des bas et l'objectif est qu'il y ait seulement des hauts. Le jour du Betis ou Eibar ils ont passé des choses qui ne doivent pas passer, et il faut essayer de ne pas refaire ces erreurs''. 

''Dès notre arrivée il y a eu des hauts et des bas qu'on doit essayer de ne pas refaire'' 

À l'intérieur de la révision de quelques noms propres, il s'est arrêté dans un des joueurs de l'équipe: ''Avec Franco Vázquez j'ai joué deux ans et on était amis, on dormait dans la même chambre. C'est un joueur qui peut donner beaucoup plus. Il a une manière de faire les choses que parfois il semble sans enthousiasme, mais ce n'est pas ainsi. De dix passes il essaye toujours de donner neuf qui blessent et ce sont les plus difficiles d'exécuter. Mais peu de fois on a vu au vrai Franco, celui d'aujourd'hui. Je comprend aux gens qui disent qu'il n'a pas d'attitude mais c'est sa manière d'être. Il fait la différence''. 

En plus, il a expliqué le pourquoi de l'amélioration du Mudo, Muriel ou Correa: ''Aux supporters, si on le donne tout, ils remercient. S'il y a de qualité comme c'est le cas de Franco, Luis ou Correa, ce qu'il faut recupérer est cette sensation de donner tout. Lorsqu'ils te voient consacré, ils remercient''.