Los jugadores del Sevilla celebran la victoria ante el Alavés
Chroniques

2-0: UN MATCH MAITRISE DE BOUT EN BOUT

Le Sevilla FC a offert une victoire placide à ses supporters après la douloureuse défaite dimanche dernier contre Valence. Sarabia est revenue et a été remarquée avec une aide et un but qui fait de lui l'homme du match. Malgré la victoire de Valence hier, la crevaison de Getafe met la Champions League à un point.

Il fallait gagner et le Sevilla FC n'a pas échoué jeudi à Ramón Sánchez-Pizjuán. Dans un match qui a commencé moins ému que d'habitude, la qualité de Séville a été imposée et les chances nettes de la première mi-temps se sont concrétisées dans le but de Roque Mesa à la mi-temps. Et avec le score en faveur, intelligence et patience pour finir par trouver le but de Sarabia dans la dernière ligne droite. L'Espagnol est revenu après la blessure et a été noté avec 10 buts et 10 passes décisives dans ce championnat, le premier à atteindre le double-double après Lionel Messi. Huit jours à venir et un seul point d'inconvénient par rapport à la quatrième position, qui offre un menu passionnant d'ici la fin du championnat.

Ce n’était pas un début facile pour Séville, qui malgré le ballon et la vocation offensive du coup de sifflet d’ouverture, a pu constater à quel point l’approche d’Alava empêchait clairement de mettre l’objectif au but de Pacheco. Un tir de rebond de Munir et un tir similaire à celui qui lui donnait son but à Prague pourraient signifier le premier but à sept heures du match, mais un défenseur basque a volontairement fourni un corner. Seulement une minute plus tard, Franco Vazquez tentait, mais la passe attentive de Ben Yedder ne pouvait pas être utilisée par l'Argentin, qui repoussait le corps et la balle traversait la barre transversale. Premier arreón pour ceux de Caparrós tandis que les Alavés restaient bien placés et attendaient de partir dans quelque action avec avantage. Heureusement, cette dépression nerveuse n’est pas apparue et l’équipe de Nervion a de nouveau essayé très clairement au milieu de la première période.

 

Munir a eu un coup de tête au premier acte après un centre spectaculaire de Sarabia, mais l'attaquant n'a pas été en contact de la meilleure façon et le ballon a volé haut. Presque consécutivement, Sarabia a tenté sa chance avec un autre ballon rejeté qui a finalement attrapé le but bleu et blanc. Alaves n'était pas apparu pendant le match, mais une petite indécision défensive sévilliste provoque presque l'inattendu. Balle qui reste coincée par l'effet qui n'atteint ni Kjaer ni Juan Soriano mais Calleri, qui tire et se trouve avec le corps du but, qui couvre et provoque le corner. Là, il a marché sur l'accélérateur Sevilla, déterminé à faire le premier. Après de nombreux centres infructueux et quatre minutes pour le reste, la Sarabia se situe au plus bas de la surface et la laisse derrière pour Roque Mesa et le canari le frappe avec tout. Après avoir frotté un défenseur, le ballon est empoisonné et se termine dans le même carré pour ouvrir le score. Avant la pause et avec quelques controverses, en particulier dans le premier cas, ils ont vu les jaunes Jesus Navas et Escudero, qui termineront le cycle dans le José Zorrilla.

Alavés savait que s'il ne commençait pas à prendre des risques, il ne pouvait rien obtenir de positif et changeait son approche en matière de lignes préparées. Caparrós était intelligent et se dirigeait vers la mêlée à la recherche d'un deuxième but qui tue définitivement le match. En fait, il venait tout juste de rentrer du vestiaire avec une frappe de Munir trop haute et surtout avec une faute latérale que Sarabia lançait et peignait au premier poteau, Ben Yedder. Atento, le gardien Pacheco s'est dégagé des poings sous la barre transversale pour éviter le 2-0. Petit à petit, le jeu s'est échauffé avec un jeu trop brutal que l'arbitre n'a pas réussi à contrôler. En fait, il a pardonné le deuxième jaune à Wakaso, qui lui a sorti le bras dans un saut avec Escudero. Auparavant, juste après la seconde mi-temps, un jaune avait coûté le remplacement de Roque Mesa, remplacé par Rog 20 minutes avant la fin du match.

Le jeu semblait contrôlé, mais le score était si court qu'il était impossible de le voir aussi clairement. Séville avait le contrôle devant un Alavés qui n'a pas fini de partir avec tout, bien qu'Abelardo ait refroidi l'attaque en donnant accès à Guidetti de Calleri. Pina est également parti, un autre qui était sur le point de voir le second, pour laisser sa place à Brasanac. Les minutes passèrent en faveur de Séville, mais le but de la tranquillité allait être atteint dans une action rapide dans les espaces. Jouez depuis la gauche qui reçoit Ben Yedder et place le match très au calme pour Sarabia au deuxième poteau. Calme que transmis au Madrid, qui rasa et à côté du bâton il a frappé afin que Pacheco n'ait rien à faire. Le changement était prêt et n’a pas changé, André Silva remplaçant un ouvrier très acharné, Munir. La fête se mourait et les Alavés perturbèrent finalement Juan Soriano, avec un coup de tête coupé de Guidetti.

Je voulais toujours plus de Séville, qui n’a pas perdu d’intensité dans les dernières mesures alors que les trois points étaient déjà dans la poche. Bien qu’il n’ait pas pu boucler la course avec trois points dimanche dernier, l’équipe est toujours pleinement impliquée dans la lutte pour la quatrième place et prend la faute de Getafe à Cornellá pour ne prendre qu’un point de la quatrième. Il n’y a donc pas d’autre solution que d’ajouter trois autres joueurs à l’étranger dimanche à Zorrilla, où Valladolid s’attend à ce qu’après sa superbe première division, les hommes soient serrés pour maintenir la catégorie. Il n'y aura pas théoriquement de détenteurs des deux voies, Navas et Escudero, qui arriveront au moins sans problème de discipline au derby du prochain samedi de Passion.

FICHA DEL ENCUENTRO

2. SEVILLA FC: Juan Soriano, Jesús Navas, Kjaer, Carriço, Escudero, Sarabia, Gonalons, Roque Mesa (Rog, minuto 70), Franco Vázquez (Promes, minuto 86), Munir (André Silva, minuto 82) y Ben Yedder.

0. DEPORTIVO ALAVÉS: Pacheco, Martín, Laguardia, Ximo Navarro, Duarte, Inui (Twumasi, minuto 67), Pina (Brasanac, minuto 75), Wakaso, Jony, Borja Bastón y Calleri (Guidetti, minuto 75).

GOLES: 1-0, minuto 41: Roque Mesa; 2-0, minuto 80: Sarabia.

ARBITRAJE: Juan Martínez Munuera, colegio valenciano. Amarillas para Jesús Navas, Escudero, Roque Mesa, Wakaso, Pina, Borja Bastón, Ximo Navarro.

Communication Department