Roque Mesa celebra su gol en Zorrilla
Chroniques

0-2: UN FINAL PARFAIT AVEC DEUX BUTS POUR RAMENER LA VICTOIRE

Les buts de Roque Mesa et Munir au cours des cinq dernières minutes déterminent un match qui pourrait être résolu auparavant, mais le VAR a annulé le but de Ben Yedder en première période. Quatrième victoire lors des cinq derniers matches après le tir de la Ligue des champions.

Trois autres points pour continuer à se battre vers le but. Le Sevilla FC a ajouté sa deuxième victoire consécutive à domicile et est revenu avec 23 années de sécheresse à Valladolid, où il a remporté les buts dans la dernière étape de Roque Mesa et Munir. Après une première mi-temps peu attrayante des Caparrós dans laquelle il marquait toujours un but qui annulait le VAR, la seconde était plus à moins jusqu'à ce qu'une action de qualité du canari rompe le match pour Munir, passe de Bryan, phrase sur la réduction.

Séville n’a pas commencé à s’enivrer à Zorrilla, où les premières minutes n’étaient pas vraiment attrayantes. Bien que l'équipe de Caparrós ait essayé de quitter le jeu - parfois de manière trop écrasée -, il est certain que cela lui a coûté de se planter avant le but de Masip. Valladolid l'a essayé de manière plus directe et lui a donné plus de résultats. Le premier l'a eu à la 7ème minute, avec un centre d'Alcaraz qui a trop fermé et qui n'a pas marqué le but malgré sa complication pour Juan Soriano. Deux minutes plus tard, oui, la réplique nerveuse arriva avec un corner tiré par Banega qui hocha la tête, Mercado au sommet de la barre transversale.

Le premier but du Sevilla était de corner, dès que le but serait annulé

Peu à peu les blanquivioletas se sont étirés et ont eu plusieurs défrichements. Après un quart d'heure, Guardiola avait un tir au poteau après un autre tir rejeté par Soriano, mais l'arbitre avait annulé l'action par un hors-jeu net. Peu de temps après, Keko était celui qui, avec tout en faveur, finissait avec le genou un centre de la gauche de Plano sans fortune. Et c’est que le Sergio González a passé à Séville son pire moment de la première partie et a été contraint de travailler à Soriano, qui dans la demi-heure a couvert de réflexes le tir d’Anuar après une erreur dans le jeu de Carriço. Il est intéressant de noter que, lorsque la situation se détériorait et que l’on revenait du coin, c’était ce qui semblait être le 0-1, avec un lancer lancé par Sarabia et un hochement de tête au cœur de la petite zone par Ben Yedder. Tout semblait correct jusqu'à ce que Sánchez Martínez, soutenu par le VAR, annule le but en raison d'un manque de Franco Vazquez dans la mêlée qui précède le corner.

Bien que le coup de grâce soit toujours important, l’objectif semblait donner raison à Sevilla et rassurer Valladolid qui, dans le quart d’heure restant, n’a pas perturbé l’objectif de Soriano. Oui, Banega avait une petite faute qui lui permettait d’avancer et de tirer de l’extérieur de la surface avec puissance mais un peu concentré. En fait, lors de la reprise, Séville est restée bouchée, ces cinq minutes ont été l’une de ces occasions qui ne manquent généralement pas. Ouverture officielle du groupe Banega, réussite de la mort du premier de Sarabia et vente aux enchères de Ben Yedder, Masip au battu ne contacte pas bien et envoie étonnamment vers le haut.

L'équipe est sortie branchée en deuxième demie, même si les buts ont été marqués à la fin.

La scène avait changé et Séville générait un danger à chaque arrivée, mais malheureusement, la poussée était diluée et le jeu récupérait lentement l’apparition des premières minutes. Avec le départ de Bryan, Caparrós recherchait plus de dégâts sur la gauche et poussait au centre avec Roque Mesa. Le plan était parfait. En fait, c’est le Canarien - comme avant Alavés - qui a ouvert la canette à six minutes de la fin. Ce fut une action personnelle, avec un tir serré dans le bois après avoir trouvé le fossé avec la qualité entre les défenses rivales. Il était nécessaire de conserver l'avantage avec Valladolid renversé et l'équipe était intelligente pour éviter les difficultés. Dans un contret bien lancé par Promes, le barbateño Bryan le laissa derrière pour que Munir le traverse et termine avec tout.

Séville a profité de la défaite de Valence et du tirage au sort des Alavés pour s’installer dans la zone de la Ligue Europa et ne rester qu’à un point de Getafe, ce qui n’a pas manqué de mener sa querelle au Athletic Club. Maintenant, comment pourrait-il en être autrement, les cinq sens mis dans le Grand Derby samedi prochain, où il est temps de récupérer la dynamique de ces dernières années avant l'éternel rival.

FICHA DEL ENCUENTRO

0. REAL VALLADOLID CF: Masip, Moyano, Kiko Olivas, Calero, Moi, Keko (Enes Ünal, minuto 78), Míchel (Waldo, minuto 57), Alcaraz, Óscar Planos, Anuar (Verde, minuto 86) y Sergi Guardiola.

2. SEVILLA FC: Juan Soriano, Mercado, Sergi Gómez (Roque Mesa, minuto 80), Carriço, Promes, Sarabia, Gonalons, Banega, Franco Vázquez (Bryan, minuto 72), Munir y Ben Yedder (Kjaer, minuto 86).

GOLES: 0-1, minuto 84: Roque Mesa; 0-2, minuto 90+2: Munir.

ARBITRAJE: José María Sánchez Martínez, colegio murciano. Amarillas para Banega, Ben Yedder, Carriço, Alcaraz, Míchel y Moi.

Communication Department