Chroniques

0-0: AVEC LA TÊTE HAUTE

Le FC Séville n'a pas pu le faire à nouveau et il a perdu aux quarts de finale de la Ligue des Champions, dans un match très important mais où il a manqué plus de présence offensive pour s'impliquer dans l'éliminatoire. Correa a eu le 0-1 avec un coup de tête à la transversale, mais le Bayern finalement gagné et il a passé aux demi-finales

Il n'a jamais cessé de grandir, mais parfois la réalité est très intense pour changer le destin. Le FC Séville a dit adieu ce mercredi à la Ligue des Champions après sa meilleure intervention historique au tournoi et en faisant face au Bayern de Munich au Allianz Arena. Dans un duel où ceux de Heynckes ont voulu contrôler le match sans mettre au maximum les pieds dans l'accélérateur, l'absence de ce but qui aurait servi au Séville pour s'intégrer dans l'éliminatoire a permis la victoire des allemands. Avec Muriel et Sandro surtout, le Séville a gagné en présence offensive à la fin et Correa a eu une occasion avec la tête. 

On parlait beaucoup des minutes initiales du Bayern. Le main dans la main de Lewandowski a coûté le carton jaune à Mercado dans la première minute. Cependant, cette intensité se calmait, et le Séville a pu avoir quelques minutes de contrôle au début. Le Bayern essayait le but sans atteindre la cage, tandis que les arrivées aux possessions d'Ulreich furent très espacées. L'une des occasions claires fut de Correa, mais l'argentin n'a pas pu bien lancer. Tout cela dans la phase initiale où l'arbitre n'a pas vu une main de Boateng à l'intérieur de l'are. 

Le Bayern a pressé tel que la pause arrivait, mais les deux équipes voulaient la victoire 

À la moitié de la première période on a vécu des minutes de transition où il semblait que le Bayern avait la situation en ordre. Les bavarois ont pressé tel que la pause arrivait, en obligeant à Navas à se battre face un actif Ribery, qui a eu l'occasion la plus claire avec un tir puissant arrêté par David Soria. Juste avant, Hummels a lancé un ballon qui est sorti frôlant la lucarne. C'est vrai que le Bayern avait des occasions, mais aussi le Séville à la minute 45. Après une erreur de Javi Martinez et un vol de Franco Vázquez pour que Ben Yedder donne le passe à Sarabia, mais le madrilène, pressé par Rafinha, il n'a pas pu bien tirer. 

La deuxième période n'a pas modifié le résultat, avec un Bayern qui ne voulait pas rendre fou le match et un Séville qui requérait une version plus verticale de Banega et surtout de Franco Vázquez. Par derrière, il continuait le travail dur pour les ailiers avec un Jesús Navas sobre, qui s'est battu avec Ribery jusqu'à que le français fut substitué. Montella a changé des joueurs à l'heure du match en remplaçant Ben Yedder par Muriel, juste le contraire qu'à Manchester. Cependant, l'occasion la plus claire du match fut de Correa. Dans une faute latérale qui venait de Banega, l'argentin a lancé le ballon à la transversale. 

Ben Yedder a laissé sa place à Muriel, changement contraire à celui de l'éliminatoire à Manchester

Il restaient des minutes, mais cette distance de sécurité de deux buts était bénéfique pour les allemands, prêts à donner le coup définitif à l'éliminatoire. Robben fut l'un des plus offensifs, mais le but n'arrivait pas face la pression d'Escudero. Montella a donné de l'entrée à Sandro, qui a percuté dans quelques occasions, mais le premier but n'arrivait pas. Dans la dernière ligne droite, lorsque la situation semblait impossible, le protagonisme était des supporters, lorsque les 3000 sevillistes ont chanté l'hymne face le silence du public local. 

Quedaba el descuento, que se empañó con un rifi rafe que le costó una excesiva roja directa a Correa, y es que el escocés William Collum pecó de una clara diferencia de criterio a la hora de mostrar las amonestaciones. Al final, un empate para estar orgullosos en una de las plazas más difíciles del fútbol europeo y que pone punto y final a una brillante Champions del Sevilla, con el indudable sueño de volver lo antes posible a la mejor competición del mundo.

Il restait le temps additionnel, avec une querelle qui a fini avec le carton rouge direct pour Correa. L'écossais William Collum a péché d'une claire différence de critère à l'heure de montrer les avertissements. À la fin, match nul pour être orgueilleux dans l'une des places les plus difficiles du football européen et qui met fin à une Champions brillante du Séville, avec le rêve indubitable de retourner dès que possible à la meilleure compétition du monde. 

Communication Department